Git reset : rien ne se perd, tout se transforme
Par Maxime Bréhin • Publié le 11 mai 2016

Cet article est également disponible en anglais.

La commande git reset est un outil formidable souvent mal compris et peu maîtrisé. Elle ouvre pourtant la voie à un large éventail de solutions et d’astuces pour optimiser notre travail et nos workflows.

Il est important de connaître son contexte pour pouvoir l’utiliser à bon escient. Pour bien attaquer cet article et comprendre git reset il nous faudra donc réviser quelques fondamentaux de Git.

git reset permet d’agir sur notre historique de versions et notre travail en cours. Pour cela il nous faut savoir :

  • comment est construit cet historique ;
  • comment Git s’organise autour de notre travail en cours ;
  • comment convertir/archiver ce travail en historique ;
  • par quels procédés on peut se repérer/naviguer à travers les branches (l’espace) et les versions (le temps).

Les fondamentaux

SHA-1 (prononcez « cha-wouane »)

Dans le contexte de Git, le SHA-1 est utilisé comme référence technique désignant un objet, principalement un commit. Du point de vue technique, il s’agit de la somme de contrôle du contenu des fichiers archivés et d’un en-tête. Pour plus de détail, vous pouvez consulter la documentation en ligne.

HEAD : « Vous êtes ici »

Faisons simple : HEAD est un pointeur, une référence sur notre position actuelle dans notre répertoire de travail Git. C’est un peu comme notre ombre : elle nous suit où qu’on aille ! (ça marche aussi avec « notre tête », mais l’image aurait été un peu étrange…)

HEAD : vous êtes ici

Par défaut, HEAD pointe sur la branche courante, master, et peut être déplacé vers une autre référence : autre branche, tag/étiquette, commit…

Techniquement, il s’agit d’un simple fichier comprenant une ligne qui désigne notre position : .git/HEAD.

$ cat .git/HEAD

ref: refs/heads/master

On peut voir le contenu technique de ce qu’il référence avec la commande cat-file :

$ git cat-file -p HEAD

tree 1d2cfad339094df7ecad1e40ed2d6382c97bbb35
parent 735371120ad60a15ad9d941a58b4f86deca8efa1
author Maxime Bréhin <maxime@delicious-insights.com> 1458209018 +0100
committer Maxime Bréhin <maxime@delicious-insights.com> 1458212547 +0100

Use d3 npm package

Dans cet exemple, HEAD pointe vers le dernier commit de la branche master. La commande cat-file nous donne les méta-données de ce commit (auteur, message, tree/arborescence de contenus…).

Lorsque nous utilisons git reset nous allons agir directement sur HEAD en le positionnant selon notre souhait. Toutefois, si nous avons une branche active (cas majoritaire), c’est elle qui sera repositionnée et HEAD, qui la référence, suit automatiquement.

Un mot sur ORIG_HEAD

Si vous avez jeté un œil au répertoire .git situé à la racine de votre projet, vous aurez peut-être remarqué un fichier nommé ORIG_HEAD. Ce dernier fonctionne un peu comme HEAD, au détail près qu’il ne comprend qu’une seule ligne qui sera toujours un SHA-1/commit, jamais une référence nommée (branche, tag…).

$ cat .git/ORIG_HEAD

e9090c653961d2cd8e91b02059931b8c8b5c0479

Le but de ce fichier est de noter le dernier emplacement de HEAD avant une opération potentiellement dangereuse (fusion, rebase, checkout…). De cette manière, si un problème intervient lors d’une opération de ce type, Git nous permettra de revenir sur sa position précédente en effectuant un git reset --merge ORIG_HEAD.

Gardez dans un coin de votre tête cette référence, elle pourra être utile lors de son utilisation avec git reset.

Les zones

Si vous ne le savez pas déjà, un des avantages majeurs de Git réside dans l’aspect local des travaux réalisés : un dépôt Git gère son cycle de vie local indépendamment de la connectivité avec son dépôt distant. On gagne ainsi en performance, mais pas seulement…

Nous nous concentrons ici sur la partie « travail local ».

En complément de cet article, je vous recommande cet excellent support interactif illustrant les zones.

Git gère les versions de vos travaux locaux à travers 3 zones locales majeures :

  • le répertoire de travail (Working directory / WD)
  • l’index ou stage (nous préférerons le second terme)
  • le dépôt local (git directory / repository)

Les deux zones restantes (stash/remise et remote/dépôt distant) ne nous intéressent pas ici.

Les 3 zones locales principales de Git

Le répertoire de travail

Il désigne votre arborescence de fichiers, c’est-à-dire l’ensemble des fichiers et répertoires que vous manipulez indépendamment de Git et que vous auriez créé avant même d’avoir initialisé votre dépôt local (via git init).

Dans la pratique, cette initialisation ne fera que créer et pré-remplir un sous-répertoire .git à la racine de votre répertoire de travail.

Le stage

Il s’agit de la zone de validation désignant les travaux que vous souhaitez voir apparaître dans votre prochain commit.

On ajoute un travail au stage à l’aide de la commande git add ….

Vous pourrez être confronté à différents noms pour cette zone :

  • index (surtout dans les documentations françaises et les pages de manuel de Git)
  • stage / staging area / staged files
  • cache / directory cache / current directory cache

On retrouve notamment la dénomination alternative index dans le nom du fichier technique binaire qui le représente dans notre répertoire de travail : .git/index. La commande de plomberie git ls-files --stage permet de voir l’équivalence textuelle simplifiée de son contenu, à savoir la liste des chemins racine actuellement suivis/trackés par Git, ainsi que leurs permissions et SHA-1.

$ git ls-files --stage

100644 48b9bcc9bd336a09a18c06cb1d4f10d6758e0116 0   .gitignore
100644 55ec243045a9ade2400f599f1a5e591b6c19ed7b 0   .tern-project
100644 96d3d35057c8a07b60b47f06e9d91ac82cdd088c 0   LICENSE
100644 664991ea874248f4232568b304608679dfa7db42 0   README.md
100644 0ed921b4648de073b19f827984a5b07f2226fd7d 0   package.json
…

Dans la pratique ce fichier possède plus d’informations pour permettre entre autres à Git de réaliser rapidement les comparaisons (diff) entres versions de fichiers. En somme, il contient l’ensemble des informations nécessaires à Git pour créer un commit, y compris lors de fusions de branches.

Le dépôt local

C’est l’ensemble des données historiques de votre travail : commits, références, historique de manipulation locale, configuration… Ce dépôt est un peu comme une salle d’archives où l’on viendrait ranger notre travail effectué dans un carton bien compressé et optimisé pour qu’il soit facile à retrouver et qu’il prenne le moins de place possible.

L’archivage du travail préparé/placé dans le stage se fait principalement à travers la commande git commit.

À ce stade, les archives ne sont pas figées et peuvent être remodelées avant d’être publiées (envoyées vers le dépôt distant via la commande git push). Et même depuis le dépôt distant nous pourrions remanier nos archives en les remplaçant par leur copie locale modifiée… mais là n’est pas le sujet de cet article.

Pour résumer

Imaginez que votre dépôt Git soit un album photo.

Le Working Directory serait alors votre travail au quotidien, c’est-à-dire votre appareil numérique avec ses photos et le lieu, le contexte pour vous permettre d’effectuer vos clichés.

Le stage serait la phase intermédiaire entre votre appareil et l’album. Il s’agirait par exemple de clichés imprimés en vue de les placer dans votre album photos, lequel est donc votre dépôt local.

Côté commandes, on aurait :

  • l’impression du cliché en vue de son archivage dans l’album : git add …;
  • le dépôt du cliché dans l’album : git commit.

Attention, il s’agit d’une version simplifiée de l’enchaînement des actions. « L’impression » peut par exemple être effectué dans Git en plusieurs ajout successifs.

Métaphore par album photo

Où suis-je ? Dans quel état j’ère ?

En parallèle de cette vision de zones, il est intéressant de comprendre comment Git se représente nos travaux/fichiers en terme d’états, particulièrement dans notre working directory. En effet, si l’on y réfléchit bien, le cycle de vie d’un fichier/travail dans une optique de versionnage consiste à :

  1. ajouter un fichier/travail : « Voici du nouveau contenu que je vais versionner ensuite »
  2. le valider en vue d’une version/d’un commit : « Allez hop, ce travail fera partie de ma prochaine archive »
  3. créer la version avec les modifications/travaux marqués « à utiliser » : « C’est bon Git, tu peux me générer mon archive/commit à partir de mon stage »

On a donc les états :

  1. fichiers inconnus, non versionnés : untracked
    ou modifications en cours sur des fichiers connus/tracked : modified
  2. modifications validées dans l’index en vue de la prochaine version : staged
  3. fichiers identiques à la dernière version : unmodified

États des contenus avec Git

Historique Git

Il est essentiel de comprendre qu’aucune des commandes de porcelaine ne détruit ou supprime un commit. Les commandes modifiantes ne font généralement que créer un nouveau commit et reconstruisent l’historique autour de celui-ci.

Les commits obsolètes ne figurent plus dans notre historique public, mais restent présents, au minimum dans notre dépôt local, pendant longtemps. Il n’y a alors que deux moyens de les retrouver :

  • en ayant noté/mémorisé leur SHA-1 (raté).
  • en parcourant le journal (reflog) pour retrouver l’opération modifiante concernée.

La suppression effective des commits détachés de l’historique se fera par la suite par le garbage collector de Git. Celui-ci préserve par défaut les objets qui ne sont plus accessibles (unreachable) au minimum 90 jours.

Et git reset dans tout ça ?

Maintenant que le contexte est posé, voyons ce que git reset peut nous apporter.

Retenez bien une chose : git reset ne se limite pas à une opération. Nous allons illustrer ici les principales utilisations que vous pourrez en faire.

I. Unstage / invalider un contenu

Git nous fournit des informations précieuses sur les actions possibles par rapport à notre travail en cours. Celles-ci sont affichées dans notre invite de commande ou à la demande (à l’aide de la commande git status).

Créons un projet intitulé git-reset-example et ajoutons-lui deux fichiers README.md et .gitignore :

mkdir git-reset-example
cd git-reset-example
git init
echo 'TODO' > README.md
echo 'tmp' > .gitignore

Notre projet est initialisé, mais aucun fichier n’a fait l’objet d’un ajout pour être versionné / géré par Git. Un simple git status nous renseigne sur la situation en désignant nos deux fichiers comme étant non versionnés (Untracked files).

$ git status

On branch master

Initial commit

Untracked files:
  (use "git add <file>..." to include in what will be committed)

    .gitignore
    README.md

Préparons donc notre premier commit en ajoutant ces fichiers avec la commande proposée par Git :

git add README.md .gitignore

On notera que la commande git status nous indique désormais que nos fichiers sont bien pris en compte (Changes to be committed) et qu’à cette étape, si nous souhaitons retirer un fichier du projet Git (pour ne pas le versionner) il nous faut faire un git rm --cached.

$ git status

On branch master

Initial commit

Changes to be committed:
  (use "git rm --cached <file>..." to unstage)

    new file:   .gitignore
    new file:   README.md

Il s’agit d’un cas particulier lié au tout premier commit sur un projet (autrement appelé root commit). La commande git reset ne nous est pas proposée à cette étape car notre historique est vide : nous n’avons aucune version sur laquelle nous repositionner, HEAD pointe sur la référence master qui n’existe pas encore. Heureusement, Git nous propose une alternative (git rm --cached <file>...).

Finalisons désormais notre premier commit :

git commit -m "Initial commit"

Ajoutons à présent un nouveau fichier avec la date du jour :

date > date.txt
git add date.txt

Cette fois-ci git status nous indique bien que pour invalider cet ajout à l’index, il nous suffirait de faire un git reset HEAD date.txt (en l’espèce on pourrait même omettre le HEAD).

$ git status

On branch master
Changes to be committed:
  (use "git reset HEAD <file>..." to unstage)

    new file:   date.txt

II. Modifier un travail en cours

1. Annuler un ajout en vue d’un futur commit

Comme nous venons de le voir, il arrive qu’après avoir ajouté certains fichiers / certaines modifications au stage nous souhaitions finalement en retirer tout ou partie. Par exemple nous aurions pu ajouter par mégarde un fichier de clé privé private.sh en ayant fait un ajout massif (git add .).

Notre fichier n’est pour l’instant que dans le stage. Nous pouvons l’en sortir en faisant :

git reset private.sh
Cas du fichier untracked

Unstage d’un contenu non tracké

NB : Notez que dans le cas d’un root commit, c’est-à-dire dans la situation où votre dépôt n’aurait aucun historique, Git vous proposera d’utiliser la commande git rm --cached (retrait du fichier de la gestion de version).

Cas du fichier existant/unmodified

Unstage d’un contenu existant

La commande git reset avec pour argument(s) un ou plusieurs chemins va permettre de sortir les modifications du stage pour les fichiers concernés. La commande git checkout dans ce cas viendra replacer les fichiers concernés dans leur dernier état avant modifications locales (unmodified, pointé par HEAD) dans le répertoire de travail et le stage.

2. Supprimer des modifications en cours dans notre WD

Parfois vous aurez entamé des modifications locales qui ne seront pas satisfaisantes et que vous souhaiterez défaire pour revenir à leur état du dernier commit. Pour cela il vous suffit d’appliquer un git reset --hard HEAD.

Attention : Notez bien que dans ce cas de figure vos travaux n’ont pas été versionnés/historisés et donc vous les perdrez définitivement. Soyez donc vigilants !

Reprenons par exemple notre fichier date.txt. Nous souhaitons ajouter une nouvelle date à la fin du fichier (ligne 3). Malheureusement une fausse manipulation a écrasé le contenu actuel par la date du jour (ligne 1).

date > date.txt
git reset --hard
date >> date.txt

La commande git reset (ligne 2) utilise implicitement HEAD si nous ne lui précisons pas. L’utilisation de l’option --hard est quelque peu violente à ce stade, car elle force le retour de notre Working Directory complet à l’état précédent pour toutes les modifications en cours.

On regrette donc qu’elle ne permette pas de spécifier des chemins particuliers, ce qui aurait été plus utile ici. Nous avons cependant une alternative, proposé là aussi par git status :

git checkout HEAD date.txt

Il s’agit d’un checkout partiel, qui permet d’aller piocher la version désirée d’un fichier pour la retranscrire dans notre espace de travail, sans changer quoi que ce soit d’autre à notre état en cours.

Git reset vs. checkout


III. Modifier le dernier commit

1. Modifier le dernier commit (retirer une partie)

Dans l’exemple précédent, nous avions repéré l’ajout / staging fautif avant de finaliser le commit, mais il arrive souvent qu’on ne s’en aperçoive qu’après avoir commité. Pas de panique, il suffit de « défaire » le dernier commit et de retirer le fichier incriminé, puis de « rejouer » le commit (c’est-à-dire refaire notre git commit …).

On a ici plusieurs approches ; la manière « 100% reset » consiste à ramener le HEAD d’un cran en arrière tout en conservant l’état actuel dans le stage et le WD, puis à retirer notre fichier (ou partie de fichier).

# L’opération fautive…
git add .
git commit -m "Ajout de la clé publique"

# La résolution…
git reset --soft HEAD~1
git reset private.sh
echo 'private.sh' >> .gitignore
git add .gitignore
git commit -m "Ajout de la clé publique"
  • À la ligne 6, nous ramenons le HEAD, et juste lui (ni le stage, ni le WD) d’un cran en arrière dans notre historique public (HEAD~1). Vous verrez parfois la syntaxe HEAD^, qui revient au même mais est selon moi moins explicite.
  • La ligne 7 sort private.sh du stage.
  • Les lignes 8 et 9 disent à Git d’ignorer ce fichier à l’avenir, ça évitera de refaire la même bourde plus tard, pour nous comme pour nos collègues.
  • Enfin, la ligne 10 refait un commit en remplacement du précédent. Remarquez qu’on a ici un nouvel horodatage, ce qui n’est pas grave vu qu’on est sur du contenu 100% local ; toutefois, on aurait aussi pu faire git commit -C ORIG_HEAD pour réutiliser les méta-données du commit d’avant le soft reset, mais cette notation me semble un peu absconse et nous n’avons pas ce besoin de préservation des méta-données d’auteur et d’horodatage.

En pratique, on aurait recours à git commit --amend dans la vraie vie pour ce type de besoin :

git reset HEAD~1 private.sh
echo 'private.sh' >> .gitignore
git add .gitignore
git commit --amend --no-edit

En fait git commit --amend --no-edit est équivalente à un git reset --soft HEAD~1 suivie d’un git commit -C ORIG_HEAD.

2. Ah mince, j’ai oublié certaines modif’ dans mon dernier commit

Plusieurs cas de figure :

  • Vous avez oublié d’ajouter certains fichiers (vous avez fait un git commit -a … et n’aviez pas vu que certains fichiers étaient untracked et devaient faire l’objet d’un git add … explicite, par exemple).
  • Vous souhaitez modifier le message de commit.

Ceci ressemble beaucoup à notre situation précédente : on veut revenir au stage précédent (ligne 1), effectuer une éventuelle mise à jour (ligne 2), puis recréer notre commit (ligne 3).

git reset --soft HEAD~1
# ajouts de fichier
git commit -m "…"

Là aussi, git commit --amend nous fera gagner du temps :

# ajouts de fichier
git commit --amend --no-edit

Si on souhaite modifier le message, il suffit de remplacer le --no-edit par un -m "…". Du coup, si le seul changement c’est le message, on n’a qu’une ligne de commande à faire.


IV. Git reset et les branches

1. Finalement, mes X derniers commits auraient du être sur une branche

Si vous utilisez Git correctement, vous faites du cheap branching… Okay, en gros vous avez la branche facile parce qu’avec Git, c'est simple, performant et surtout ça permet de bien découper votre flux de travail en séparant chaque aspect et en limitant les conflits.

Admettons que vous n’ayez pas encore les bons réflexes et que vous ayez travaillé sur master et effectué 3 commits qui correspondent à une nouvelle fonctionnalité de votre projet nommée « F1 », que vous souhaitez mettre sur une branche nommée feat/f1.

Par chance vous vous en rendez compte avant de pourrir master sur le dépôt distant avec un git push.

État initial

La procédure pour résoudre un tel problème est simple. On sait qu’on veut marquer nos derniers commits comme appartenant à la branche feat/f1, et que master revienne de son côté 3 crans en arrière.

Souvenez-vous : une branche est une étiquette. Donc, dans notre cas, on crée la nouvelle étiquette de branche à notre position actuelle, sans en faire la branche actuelle, puis on déplace l’étiquette de la branche master sur la position antérieure souhaitée. On va partir du principe qu’on souhaite continuer ensuite le travail sur la branche fraîchement définie.

git branch feat/f1

Calage de l’étiquette de branche

git reset --soft HEAD~3

Recalage de l’étiquette de branche master

git checkout feat/f1

Activation de la nouvelle branche

2. Le travail de mes X derniers commits n’est plus pertinent

Reprenons la situation initiale du cas précédent et considérons que les 3 derniers commits ne sont plus pertinents, car la fonctionnalité qu’ils visaient est abandonnée.

On souhaite donc les retirer de notre historique.

Cette opération consiste à revenir 3 crans en arrière dans notre historique et à laisser faire le garbage collector de Git qui nettoiera au bout d’un moment (90 jours minimum) les commits qui ne font plus l’objet d’une référence explicite.

En d’autres termes, on reproduit la situation précédente, sauf qu’on laisse la « branche » feat/f1 sans référence (donc on ne crée pas d’étiquette) pour que Git purge les commits orphelins.

Suppression de 3 commits

git reset --hard HEAD~3

À ce stade, si nous réalisons de nouveaux commits sur notre branche master, notre branche ainsi que HEAD repartirtong du commit courant, comme d’habitude.

Nouveau commit après suppression

3. Je souhaite annuler mon dernier merge, pull ou rebase

En gros vous avez effectué une opération modifiante importante que vous souhaitez finalement défaire :

  • après un merge de contrôle (fusion permettant de vérifier qu’une branche s’intègre bien dans sa branche parente) ;
  • après avoir récupéré l’historique mis à disposition par vos collègues (pull) et vous être rendu compte que vous n’étiez finalement pas prêt-e ;
  • après avoir mis à jour votre branche « par-dessus » une autre (par exemple vous avec fait un rebase à l’envers).

Pas de panique, git reset va gérer ça tranquilement !

Souvenez-vous, en début d’article nous parlions de HEAD et de son copain ORIG_HEAD, ce petit lutin qui garde la trace de la dernière référence avant une opération majeure.

Sachant cela, il ne nous reste plus qu’à le combiner à reset pour dire à Git de revenir sur cette position de notre historique et reprendre notre travail à partir de cette position.

git reset --merge ORIG_HEAD

V. Au secours, j’ai fait n’importe quoi avec git reset

Il peut arriver que vous soyez un peu perdu-e après avoir voulu utiliser git reset.

Sachez qu’il n’y a qu’un cas de figure dans lequel votre travail sera perdu : lors de l’utilisation d’un git reset --hard alors que vous aviez des modifications non commitées dans votre WD.

Toute autre situation peut être démêlée grâce au journal des actions Git, le reflog.

Ce journal nous fournit les positions successives de HEAD pour ce dépôt local. Il ne concerne que nos actions locales, et c’est tant mieux sinon ça deviendrait vite très compliqué.

Pour parcourir ce journal, Git nous fournit la commande git reflog. À bien des égards, elle fonctionne comme la commande log. Par exemple, pour n’afficher que les 7 derniers mouvements on ferait :

$ git reflog -7

2154788 HEAD@{0}: reset: moving to HEAD~3
15cc480 HEAD@{1}: checkout: moving from feat/f1 to master
3e221d0 HEAD@{2}: checkout: moving from master to feat/f1
15cc480 HEAD@{3}: commit: Pseudo commit n°2
d17c8d6 HEAD@{4}: commit (amend): Pseudo commit n°1
d17c8d6 HEAD@{5}: commit: Pseudo commit
3e221d0 HEAD@{6}: commit: Ajout date
2154788 HEAD@{7}: commit (initial): Initial commit

La première colonne désigne les SHA-1 des commits référencés par HEAD à chaque étape.

La seconde colonne fournit la référence de journalisation (0 étant la dernière position en date).

Viennent ensuite les intitulés des actions concernées.

Vous vous demandez certainement en quoi ce journal peut nous aider ? C’est très simple : nous allons pouvoir coupler les références des positions précédentes de HEAD pour oublier les dernières actions :

git reset --hard HEAD@{X}

Il y néanmoins un petit piège à éviter. L’emploi de git reset --hard HEAD@{1} va nous repositionner un cran en arrière dans notre historique, peu importe ce que nous avons fait. Il va également générer une nouvelle entrée dans le reflog et de ce fait, décaler la numérotation :

$ git reset --hard HEAD@{1}
$ git reflog -10

15cc480 HEAD@{0}: reset: moving to @{1}
2154788 HEAD@{1}: reset: moving to HEAD~3
15cc480 HEAD@{2}: checkout: moving from feat/f1 to master
…

Du coup, si on refait un git reset --hard HEAD@{1} on tourne en rond…

git reset vs git checkout : que le meilleur gagne !

Certains comportements de ces deux commandes montrent quelques similitudes et leurs utilisations se mêlent parfois, ce qui peut porter à confusion.

Remplacer un fichier dans le répertoire de travail

Nous l’avons déjà vu plus haut, git checkout HEAD -- mon-fichier permet de « ramener » un fichier à une version particulière (par défaut celle du HEAD).

Ceci n’est pas possible avec git reset car pour réaliser l’équivalent il faudrait que l’option --hard nous permette de passer des chemins.

Heads up!

Lorsqu’il s’agit de se déplacer à travers notre historique et nos branches, on peut être tentés d’utiliser au même titre git reset ma-branche et git checkout ma-branche.

Pourtant la différence est fondamentale : git checkout va déplacer HEAD pour le positionner sur la branche désignée, qui deviendra donc la branche active, alors que git reset déplacera la branche courante pour la ramener au même point que la cible (HEAD n’est pas modifié, seule la référence de branche vers laquelle il pointe sera mise à jour).

Faisons l’expérience sur une même base d’historique :

Voici notre état initial :

reset vs. checkout - point de départ

Avec checkout, l’opération technique qui s’opère est la suivante : Git met à jour le fichier .git/HEAD en changeant son contenu ref: refs/heads/feat/f1 par ref: refs/heads/master. Nous pointons donc désormais sur une autre branche.

reset vs. checkout - résultat de checkout

Quant avec la commande reset --hard la référence contenue dans HEAD n’est pas modifiée, par contre la référence renseignée dans le fichier .git/refs/heads/feat/f1 change de a9cdf… à f30ab…. Nous sommes donc toujours sur la même branche mais dont la position à changer.

reset vs. checkout - résultat de reset

En termes de position dans l’historique, cela peut paraître correct (nous sommes bien positionnés sur le commit attendu), mais il est peu probable que nous ayons souhaité détricoter la branche courante…

Bien que l’analogie ne soit pas tout à fait correcte, vous pouvez retenir l’image suivante pour distinguer leur utilisation principale :

  • reset est surtout un moyen de voyager dans le temps, on l’utilisera principalement pour aller/venir dans notre historique de commits sur la branche courante ;
  • checkout est surtout un moyen de voyager dans l’espace, de faire un saut latéral pour se positionner sur une branche, ou d’aller récupérer un élément d’un autre commit.

L’option --keep

Certain-e-s parmi vous ont peut-être parcouru la documentation et découvert une dernière option non décrite dans nos cas d’exemples : git reset --keep. Cette omission est volontaire car son utilisation représente un cas à la marge et contournable de manière bien plus élégante à l’aide de la commande git stash.

Un dernier mot…

Rhinocéros.

Plus sérieusement, git reset est vraiment un incroyable couteau suisse, qui vous offre une flexibilité remarquable dans votre manipulation quotidienne de votre dépôt et de vos modifications locales. Bien comprendre son fonctionnement vous libère de pas mal de petites contraintes artificielles et vous permet donc de gagner en productivité.

Combiné au reflog, il vous offre aussi une bouée de sauvetage quasi systématique face à des erreurs de manipulation éventuelles, et vous permet donc un peu d’audace dans votre usage de Git :-)

Bon reset !